Actualités

Tenez-vous informés des nouvelles du Self Data et du projet MesInfos : retrouvez nos dernières publications, comptes rendus des ateliers/des rencontres, et participez aux événements sur notre blog !

Le pilote MesInfos, 1 an après

ImageDonnéesPIloteMI

Auteur : Marine Albarède

Date : 24 juillet 2017



Lorsque nous avons lancé le pilote MesInfos, début 2016, après quatre années de travaux sur le sujet du “retour des données personnelles aux individus”, l’ambition était claire : “faire franchir un cap” au Self Data. Pourquoi, après ces premières années d’exploration et d’expérimentation, avions-nous jugé temps d’accélérer les choses ?

Essentiellement pour trois raisons :
> Le sentiment que la situation (montée de la défiance des individus vis-à-vis des organisations, en particulier sur le sujet des données, asymétrie totale entre l’accès à l’information et les capacités de traitement des uns et des autres…) ne pouvait plus durer pour penser une économie durable et surtout une société désirable.
> Le sentiment que quelque chose était en train de bouger : un écosystème émergent de services et plateformes autour des données personnelles (cloud personnels, services se revendiquant de “VRM”…), la multiplication des conférences sur le sujet, les échanges nourris avec des entreprises partageant un intérêt pour lancer des expérimentations voire des stratégies autour du Self Data, l’évolution à venir de la loi européenne en matière de protection des données personnelles, avec le RGPD
> Enfin, après quatre années de travaux avec des partenaires et complices – dont certains creusent avec nous le sujet depuis le début, le sentiment que pour apprendre davantage de ce que signifierait le Self Data (en termes de défis techniques, organisationnels, économiques, en termes de valeur et d’usages, etc.), nous devions nous confronter au terrain, avec un projet pilote ambitieux.

Le format que nous avions choisi pour ce pilote, nous l’avions déjà – en partie – éprouvé en 2013 lors d’une première expérimentation, limitée dans le temps et les dispositifs techniques (transfert de fichiers de données et non pas développement d’API pour transférer les données, par exemple). Il s’agissait, avec ce pilote de réunir autour de la table de grandes organisations détentrices de données – publiques ou privées, de les inciter à restituer les données qu’elles détiennent et utilisent dans leur SI à plusieurs milliers de leurs clients ou usagers volontaires (contre 300 pour la 1re expérimentation) ; pour cela, il était nécessaire que les futurs testeurs disposent de leur propre outillage, qui leur permettrait de recevoir les données, de les visualiser, les comprendre, les stocker en toute sécurité, et les réutiliser grâce à de nouveaux services tiers (c’est cela, que nous nommons le Self Data). Nous avons ainsi choisi de collaborer pour ce projet pilote avec la startup française de cloud personnel Cozy Cloud, pour donner corps à cette vision. Enfin, puisque nous cherchions à apprendre, nous avons constitué une équipe de chercheurs issus de disciplines diverses (sociologie, marketing, ergonomie…)

Un an après, où en sommes-nous ?

Un peu plus d’un an après le lancement du pilote, quel bilan pouvons-nous en dresser ? Difficile de parler de véritable bilan, puisque nous sommes en réalité au milieu du gué : nous avons déjà beaucoup appris, notamment sur tous les défis et difficultés inhérentes à la mise en oeuvre de la restitution des données personnelles pour les organisations. Mais beaucoup reste encore à apprendre, puisque la majeure partie des testeurs du pilote ne sont pas encore officiellement investis. Mais alors, que s’est-il passé pendant cette première année, durant laquelle nous avons beaucoup travaillé en sous-marin ?

Un travail de fond sur la mise à disposition des données : Identifier les données, mettre en place les process de restitution – souvent, développer des API ou s’appuyer sur des API existantes, les documenter pour les rendre “réutilisables par des acteurs tiers” est un long chantier en soi. Mais travailler sur la restitution elle-même signifie également travailler sur le cadre global (juridique et technique), clarifier les responsabilités sur la chaîne de transfert des données, rassurer les détenteurs sur la plateforme de mise à disposition des données, notamment en matière de sécurité. Même si une fois que les données sont entre les mains des individus, sur leur cloud personnel, les testeurs peuvent théoriquement en faire ce qu’ils veulent – les détenteurs ne sont plus responsables – c’est un saut dans l’inconnu à faire pour des organisations qui découvrent juste le Self Data. Le chantier “données” est complexe, et à lui seul a pris près de 6 mois pour porter ses fruits.

ImageDonnéesPIloteMI

Des cas d’usage… aux services prototypés, un défi : Un des enjeux du pilote est de faire émerger des cas d’usage et des services Self Data que les testeurs pourront expérimenter depuis leur Cozy. Il s’agit peut-être d’un des chantiers les plus complexes du pilote, pour certaines raisons que nous avions déjà identifiées lors de la première expérimentation : la difficulté d’attirer des startups et entrepreneurs sur un marché émergent, en particulier sur une plateforme nouvelle (Cozy en l’occurrence) ; la complexité d’appréhender un sujet neuf, un périmètre de données mis à disposition parfois un peu limité pour imaginer des cas très riches de croisement de données… Si le chantier est amorcé depuis un an environ (produisant une dizaine de services prototypés), ces points sont des obstacles majeurs dans son déroulement, qui nous restent toujours à surmonter… Force est aussi de reconnaître que l’écosystème du Self Data – au-delà du pilote, en France et internationalement – est encore tout juste balbutiant. Les plateformes et services Self Data ont besoin de données pour se développer et fonctionner, et les détenteurs de données sont souvent en attente de cas d’usage voire de modèles économiques pour se lancer dans la restitution des données, ce qui limite à ce jour la structuration de ce marché.

Le travail sur la plateforme
Comment présenter les données, mais aussi ce nouvel espace “personnel” qu’est le cloud personnel ? Visualiser des données, mais aussi le concept du cloud personnel sont des choses familières pour les profils les plus technophiles, beaucoup moins pour la plupart des individus. C’est toujours un défi : comment rendre intelligible, appropriable, simple d’usage… le Self Data et le cloud personnel ? Il a été nécessaire pour Cozy de faire évoluer son interface, de façon radicale, au cours du pilote, afin de s’adresser à un plus grand public.

L’évolution du contexte réglementaire : un levier, un frein
Le pilote MesInfos a été conçu dès le départ comme un projet collectif (associant les partenaires aux grandes décisions et au pilotage du projet) ; le développement du Self Data repose nécessairement sur un écosystème, comprenant détenteurs de données, plateformes personnelles de données, services tiers, individus… Nous avons passé du temps à réfléchir aux évolutions de cet écosystème international, aux perspectives de développement du Self Data à plus long terme, à ce que devrait / pourrait devenir MesInfos à partir de 2018…
Le tout dans un contexte réglementaire en mouvement, puisque le GDPR signifie des évolutions réglementaires significatives en matière de données personnelles, instaurant notamment un droit à la portabilité des données. Le périmètre de ce droit a été soumis à de nombreuses interrogations entre l’automne 2016 et le printemps 2017 ; le G29 a depuis apporté une série de lignes directrices précisant l’étendue, les données concernées et les modalités d’application possibles. L’article 20 a donc été le sujet de nombreux débats – parfois paradoxaux – entre les acteurs impliqués dans le pilote MesInfos, et plus globalement de la communauté du Self Data : le périmètre des données et les modalités de restitution devaient-ils s’aligner sur ce que serait ce droit ? Tester des choses dans le pilote signifie-t-il jurisprudence en matière de restitution des données personnelles ? Comment penser dès à présent des modalités de portabilité des données dimensionnées pour plus de 3 000 personnes, puisque le droit à la portabilité concerne à partir de 2018 tous les citoyens ?

portability
(Via Tristan Nitot)

Pour ne pas perdre de vue les objectifs du pilote, nous avons choisi de lancer une réflexion autour de l’application du droit à la portabilité (comment accompagner les organisations dans la mise en oeuvre de ce droit et faire en sorte que cela soit porteur de valeur partagée, pour elle comme pour les individus ?), tout en dissociant cette réflexion du pilote. Le projet Rainbow Button était né, avançant parallèlement au pilote MesInfos : ce dernier vise à tester, apprendre, mettre en oeuvre le Self Data en bénéficiant d’un bac à sable concret ; le Rainbow Button vise quant à lui à définir un cahier des charges, un cadre commun (UX, technique, juridique…) de mise en oeuvre de la portabilité applicable à compter de mai 2018. Les deux se nourrissent et sont complémentaires ; cet édifice a mis du temps à mûrir et à se mettre en oeuvre, mais commence à prendre corps.

>> Retrouvez la documentation de l’amorçage du projet sur 2016 et début 2017 (.pdf, un document qui évoluera à mesure des avancées et enseignements du pilote).

Demain, quelles suites ?

La marche que nous nous étions fixée était très haute. Aucun de ces chantiers n’est totalement terminé – il reste beaucoup à faire, notamment du côté des prototypes de services ; les mois prochains seront aussi le temps des retours d’usage, de la recherche, des enseignements, de la documentation et de la formalisation. Pour en avoir discuté avec d’autres acteurs de l’écosystème international autour du Self Data (MyData dans les pays scandinaves, VRM ailleurs…), un an après son lancement, le pilote MesInfos reste une expérience inédite et excitante. Le “passage de cap” dépendra, au-delà du déroulement du pilote lui-même, de la structuration de l’écosystème que nous mentionnions et de l’engagement pérenne de détenteurs de données. En cela, le droit à la portabilité pourrait bien aider le Self Data, ouvrant la porte d’un tout nouveau marché, si chacun joue le jeu.





Cet article a 1 commentaires

  1. Pingback: Self Data : le bilan d'un an d'expérimentation du pilote MesInfos | Laboratoire d'Analyse et de Décryptage du Numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Les prochains événements !


MyData 2017 – 30 août au 1er septembre – Tallinn & Helsinki

En savoir plus