SelfData
Qu'est-ce que c'est ?

Qu’est-ce que le Self Data ?

Le Self Data, c’est devenir l’acteur de ses données personnelles. Ne plus se contenter de les produire pour que d’autres les exploitent, mais bien récupérer le contrôle de celles-ci pour les utiliser à ses propres fins. Le Self Data peut ainsi se définir comme « la production, l’exploitation et le partage de données personnelles par les individus, sous leur contrôle et à leurs propres fins ».

À quoi ça sert ?

À mieux gérer sa vie, ses activités, son quotidien grâce à ses données personnelles : faire ses courses, ses budgets, choisir un contrat, protéger sa vie privée, …, les possibilités sont multiples et créent de la valeur pour les individus comme pour les organisations ! Retrouvez ici des exemples de services qui explorent le potentiel du Self Data.

Actualités du Self Data

Les  initiatives  liées  à  l’empowerment  des  individus  à  l’aide  de  leurs  propres  données  ne  manquent pas : VRM, Midata, Smart Disclosure,  cloud  personnel, Quantified Self, PDS (Personal Datastores), PIMS, Customer Commons…  En France, depuis 2012, le projet MesInfos de la Fing explore le potentiel du Self Data et établit des liens avec ses homologues internationaux. Vous pouvez retrouvez l’actualité du projet et du Self Data en suivant le blog, la veille sur Diigo et notre compte twitter


Qu’est-ce que le Self Data ?

Le Self Data, c’est devenir acteur de ses données personnelles. Ne plus se contenter de les produire pour que d’autres les exploitent (à des fins marketing par exemple), mais bien récupérer la maîtrise de celles-ci. Nous appelons donc “Self Data”, la production, l’exploitation et le partage de données personnelles par les individus, sous leur contrôle et à leurs propres fins.

Concrètement, les individus utilisent des services tiers de confiance – des sites web, plateformes, applications, cloud personnels, … – pour traiter leurs données personnelles afin de mieux se connaître, prendre de meilleures décisions, évaluer leurs décisions passées, se faciliter la vie, etc.

Le récit du Self Data est donc celui d’un individu qui :

  1. Obtient ses données personnelles des organisations avec lesquelles il est en relation (et en ajoute d’autres qu’il capte ou produit lui-même)
  2. Les stocke et les administre (en général avec l’aide de prestataires)
  3. En négocie en toute conscience l’utilisation par des tiers
  4. Et les exploite à ses propres fins (généralement à l’aide d’applications ou de services tiers) pour mieux se connaître, prendre de meilleures décisions, évaluer ses décisions passées, se faciliter la vie, etc.

Quelles « données personnelles » sont concernées ?

Le Self Data recouvre toutes les données personnelles dont l’usage peut fournir une information utile aux individus. Cela peut recouvrir les données de consommation (ticket de caisse, factures…), de finance, de mobilité, d’énergie, de communication (SMS, appels, publications sur les réseaux sociaux), de navigation sur le web, de santé et de bien-être, de formation et d’emploi, données administratives… et encore, la liste n’est pas close !


À quoi ça sert ?

Les bénéfices pour les individus sont multiples

Le contrôle de ses données ; la gestion de ses informations, documents, contrats, identifiants, etc. ; la connaissance de soi ; les choix de consommation éthique ou « responsable » ; la prise de décision facilitée ; ressentir, découvrir, vivre une expérience avec ses données ; et enfin la contribution à des projets collectifs… Autant de nouveaux champs d’usage ouverts par le Self Data.

 

image_domaine_usages

Mais les organisations vont également y gagner, d’abord en retrouvant la confiance et la fidélité de leurs clients, en améliorant la qualité des données dont elles disposent lorsque les individus partagent avec elles leurs données, et en gagnant en compétitivité.

Un exemple d’usage :

Prenons l’exemple de nos données bancaires. Elles sont aujourd’hui détenues par notre banque et accessibles uniquement sur notre compte en ligne, mais des services Self Data changent aujourd’hui la donne, et parviennent à récupérer nos données – pour notre compte - pour nous proposer une visualisation par poste de dépense, la création facile d’un budget, et la comparaison des tarifs que notre banque nous applique avec ceux du marché !

Ici vous trouverez ici les services imaginés pendant l’expérimentation MesInfos, qui donnent une première idée du potentiel des Self Data.


Comment en savoir plus ?

Depuis 2012

Le projet MesInfos de la Fing vise a explorer le potentiel des Self Data. Expérimentation, veille, ateliers, appels à expert, synergie entre acteurs institutionnels, professionnels et académiques ont permis de faire progresser la réflexion.

 

Vous pouvez retrouver ici :

> Comprendre le Self Data : la version 1 de la FAQ (juillet 2015)
> Le Cahier d’Exploration Self Data, sorte « d’état de l’art » du Self Data, avec une première esquisse des défis.
> Toutes les productions du projet MesInfos
> La page Défis du Self Data : économique, juridique, intelligibilité. C’est ici que vous trouverez une description des défis qui attendent le Self Data et les pistes de réponses imaginées au fil de la saison 4, y compris une FAQ pour clarifier la notion de Self Data.